Skip to content

Ce n’est pas triste

avril 18, 2012

Le radar peut toujours contrôler, à l’arrêt sur l’autoroute, je peux contempler la pluie qui se dispute au soleil. Ainsi va la vie, un peu de ciel gris, un peu d’éclaircie, et la plupart du temps, les deux en même temps.

Les deux en même temps, c’est loin d’être moche. Ce n’est pas non plus l’idéal, l’idéal serait de siroter le Martini sur une terrasse à Rome mais ainsi va la vie, un Martini sous un ciel gris, c’est bien aussi.

Une petite éclaircie, même loin, même sous un ciel gris, on ne la refuse pas. On la prend et on se dit « Tant que ce n’est pas la dernière« . Ainsi va la vie, prendre le temps de savourer l’éclaircie même sous un ciel gris.

Et puis maman nous a dit « Prends un parapluie« , elle nous protège des averses, et de toutes les intempéries de la vie.

Après la pluie, le beau temps.

Quand reviendra t-il ? Le beau temps, le temps insouciant, le temps des rires francs, des blagues d’enfants, le temps des ritournelles, des je-te-roule-une-pelle, le temps des croche-pieds et des pieds-de-nez ?

Parfois le beau temps prends son temps. A croire qu’il veut se faire beau avant de réapparaître.

Après le beau temps, la pluie.

Avec le temps, on apprend à attendre. Un lendemain qui chante, puis un lendemain qui déchante. On croit que tout est fini mais le soleil perce toujours. On croit au ciel radieux mais derrière nous, des gros nuages menacent.

Ca nous rend plus philosophes, ou plus cons. C’est selon.

Pour que passe l’orage.

Entre le tonnerre et la foudre, je compte la distance qui les sépare. Je compte les jours, l’orage est-il déjà passé ou se rapproche t-il ? C’est ce qui est le plus difficile à vivre, ne jamais pouvoir faire confiance en la météo.

Faut-il voir le ciel à moitié gris ou à moitié ensoleillé ? Vers quoi je me rends sur cet autoroute figé ? Ce que je sais, c’est que sous ce ciel gris, la journée fut une éclaircie. Alors non, ce n’est pas triste. Finalement.

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. avril 18, 2012 10:36

    je crois que j’ai pas tout compris dans l’art de lire entre les lignes mais j’espère que tu vas bien

  2. avril 19, 2012 8:24

    @Chocoladdict
    Si tu le demandes c’est que tu sais effectivement lire entre les lignes. Disons que je vais comme mon article.

  3. avril 19, 2012 10:06

    Je t’envoie des bisous ❤

  4. avril 19, 2012 2:27

    La vie comme le temps est faite de haut et de bas. Et comme un soleil radieux peut succéder à l’orage; les plus beaux jours suivent parfois de près les plus sombres.
    La seule différence mais différence essentielle, c’est qu’autant nous sommes impuissant à modifier la météo, autant nous avons une marge d’action tant sur notre quotidien que sur la perception que nous en avons.
    Faut juste en avoir conscience, et avoir le courage et la force de prendre les choses en main.

  5. avril 20, 2012 9:07

    J’aime beaucoup ce très joli texte philosophico-humain en forme de métaphore météo 🙂

Trackbacks

  1. Les blogueuses sont des menteuses… ou le syndrome Gold Finger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s