Skip to content

La vérité si tu mens

janvier 14, 2012

Alors que le second ne décroche toujours pas un mot (cf. Parlez-moi d’amour), l’aînée de la famille du haut de ses 5 ans, 5 mois et 4 jours a intégré la notion de mensonge. Je me demande même si les deux éléments ne sont pas liés, il est plus facile d’accuser quelqu’un privé de paroles, prêt à accepter sans broncher et à endosser avec le sourire (s’il continue comme ça, mon fils a un avenir prometteur en prison).

Evidemment le mensonge est horripilant, surtout quand il est aussi mal ficelé, qu’il y a au moins deux témoins à charge et que les preuves s’accumulent (au contraire de son frère, ma fille ferait une détenue épouvantable mais une femme femme politique remarquable). Ce qui est encore plus énervant, c’est qu’elle accompagne son forfait d’un tonitruant :

– Non mais je te jure hein !

Ce à quoi je réponds :

– Tu t’appelles pas Marie-Thérèse !

Ce à quoi elle ne répond rien.

Boum !

Boum serait le bruit de mon corps tombant dans le fossé générationnel car ma réponse, si drôle soit-elle pour les plus de 30 ans, n’a strictement aucun sens pour une petite fille de 5 ans, 5 mois et 4 jours. Après le fossé, l’impasse. Il faudrait que je lui explique l’histoire de Marie-Thérèse, celle qui est enceinte sans avoir couché dans La vie est un long fleuve tranquille mais ça fait partie des discussions non grata à la maison vu qu’on a décidé de ne pas se substituer à la cour de récré de l’Education Nationale pour inculquer à nos enfants le cycle de la vie.

Heureusement, pour tous les parents dans l’impasse comme c’était mon cas, des hommes et des femmes ont inventé contes et fables pour faire comprendre à nos enfants touts les subtilités de la vie sociale (et aussi nous imposer un pénible rituel du coucher mais c’est une autre histoire). Tel un MacGyver de la narration, j’ai donc pris un bout d’Esope que j’ai greffé avec du Chatiliez pour me sortir de ce bourbier éducatif.

Reprenons donc la conversation mère-fille là où on l’avait laissé.

– Oui, Marie-Thérèse, parfaitement ! Ah ah ! Tu réponds pas parce que tu ne connais pas l’histoire. Alors, assied-toi et laisse-moi te conter l’histoire de Marie-Thérèse qui criait au loup. Marie-thérèse était une bergère qui s’ennuyait et qui, pour tromper son ennui, s’amusait à crier au loup pour que tous les villageois viennent à son secours …. 

Bla, bla, bla.

C’est vrai que ce n’est pas beau de mentir mais quand la vérité est moche, il faut bien s’adapter.

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. janvier 14, 2012 2:11

    J’en viens à penser que peut-être Marie-Thérèse ne mentait pas. Le Monde a récemment évoqué le cas mystérieux d’une femelle requin qui se reproduit par parthénogénèse : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/01/05/parthenogenese-un-cas-dimmaculee-conception-chez-le-requin-zebre/

  2. janvier 17, 2012 10:48

    « Jvous jure euh Madame… » Depuis que je vis dans la ville où ce film a été tourné, il me parle encore plus qu’avant (oui oui Marie-Thérèse me parle dans ma tête, jvous jure Electro !)

  3. avril 18, 2013 10:19

    I found your website while sriechang Bing. This is a nice article. I’d like to see you remove the primary point from this article and create another separate page, and maybe you could embed a video, also? If you do, it would be much welcomed.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s