Skip to content

Comment survivre au surlendemain de cuite ?

janvier 2, 2012

Soyons précis, je ne parle pas des lendemains de cuite mais bien des surlendemains de cuite. Je voudrais m’adresser au plus grand nombre car pour les moins de 30 ans, les lendemains de cuite ressemblent à mes surlendemains de cuite vu qu’à mon âge, les lendemains de cuite restent des cuites dont je n’ai pas le souvenir.

Pour les plus de 30 ans, ce 2 janvier a donc toutes les caractéristiques d’un surlendemain de cuite pas très glorieux où l’esprit et le corps ne font plus qu’un, voire même la moitié d’un. On se rappelle vaguement que le 31 au soir on a abusé de champagne, de sauternes, de saint-émilion, de bourgogne, de champagne et de Get 27 (cherchez l’erreur) et que le 1er janvier on a tenté de refaire surface avec le thé spécial détox et le sérum lissant liftant offerts à Noël en faisant bien gaffe à boire le premier et appliquer le deuxième sur le visage et non le contraire.

Ce n’est que le lendemain du lendemain de cuite qu’on retrouve sa tête mais qu’on regrette de la retrouver vu qu’elle a décidé de danser le pogo pendant que notre estomac, lui, a choisi de jouer à la marelle.

Pas la peine de s’attarder trop longtemps sur les effets du surlendemain de cuite, rien que de les évoquer, je pourrais attraper un haut-le-coeur.

Je propose plutôt de nous pencher sur des solutions pratiques pour éviter le désenchantement des surlendemains de cuite.

Commençons par bien cibler le mal. Les esprits les plus obtus se contenteraient de dire qu’il suffit de ne pas boire et qu’ainsi on évite facilement les méfaits du surlendemain de cuite. Sauf qu’on évite de parler du vrai problème, à savoir le surlendemain de cuite, et non la cuite. C’est comme le nucléaire, le problème vient des déchets nucléaires et non du nucléaire et l’on pourrait l’appliquer à beaucoup d’autres sujets comme le chômage qui ne deviendrait plus un souci si on gagnait beaucoup d’argent à être sans emploi.

C’est donc bien le surlendemain de cuite qui est à éradiquer. Pour l’éviter, des professionnels de la cuite m’ont soufflé de leur haleine alcoolisée une solution de leur cru : continuer la fête. Si un surlendemain de cuite devient un jour de cuite alors tout devient plus simple mais honnêtement tout cela ne fait que reporter le problème et je ne peux décemment pas être saoule un jour de soldes au risque de revenir avec l’affaire du siècle soit 200 kg de moules hollandaises pour la modique somme de 250 euros en déclarant que « J’ai eu de la moule ».

Comme bien souvent, dans le cas de problème complexe, le mieux est de se tourner vers le monde scientifique qui a toujours une solution plus tordue à appliquer à une question apparemment simple. En agriculture par exemple, ils ont trouvé des solutions pour éradiquer des maladies et autres problèmes de maturité grâce aux OGM. Bon sang mais c’est bien sûr ! Pourquoi ne pas faire des humains des organismes génétiquement modifiés afin qu’ils ne vivent plus les surlendemains de cuite ?

D’où ma question : les plantes OGM résistent-elles mieux à l’alcool ?

Publicités
19 commentaires leave one →
  1. janvier 2, 2012 10:29

    Soigner le mal par le mal ??? Une solution en effet !

  2. janvier 2, 2012 11:46

    J’adore et je te kiff 😀

  3. electromenagere permalink*
    janvier 2, 2012 12:11

    @Argone
    Qui a parlé de mal ? 🙂

    @Gazelle
    Dis donc toi, on dirait que t’as pas débourré ! 😀

  4. janvier 2, 2012 12:56

    Le lendemain, tu es malade et c’est atroce !
    Le surlendemain, tu as des flash de ce que tu as dit et / ou fait et c’est atroce !

    Cependant, devons-nous en conclure que l’alcool est atroce ? Non, surtout pas !

  5. electromenagere permalink*
    janvier 2, 2012 1:01

    @Thé Citron
    Je ne réponds pas aux gens qui ont l’air manifestement ivres ! 🙂

  6. janvier 2, 2012 1:13

    Ma recette anti-gueule de bois : beaucoup de thé detox bien chaud au citron, de la musique douce classique pour apaiser la tête (C’est scientifiquement prouvé, je suis en étude de psychologie, je sais maîtriser mon cerveau ahah), un bon bain moussant chaud, un doliprane (la version avec de la codéine faut pas déconner), une serviette chaude sur les pieds et un masque de yeux chaud (http://www.asos.fr/Anatomicals-ASOS-Ladies-And-Gentlemen-Raise-Your-Dark-Glasses/x59ag/?iid=1830925&cid=11414&sh=0&pge=0&pgesize=20&
    sort=-1&clr=Raise+your+dark+glas&mporgp=
    L0FuYXRvbWljYWxzL0FuYXRvbWljYWxzLUFTT1MtTGFkaWV
    zLUFuZC1HZW50bGVtZW4tUmFpc2UtWW91ci1EYX
    JrLUdsYXNzZXMvUHJvZC8.
    ceci passé au chaud)

  7. janvier 2, 2012 1:13

    L’alcool, c’est bien.

  8. electromenagere permalink*
    janvier 2, 2012 1:21

    @La Gamine
    Désolée la Gamine mais j’ai été obligée de découper en petits morceaux inégaux ton lien pour cause de complet foirage de CSS

    @La Gamine
    Tu ne m’en voudras pas, on peut boire au verre de l’amitié pour réparer cela.

  9. janvier 2, 2012 2:12

    Sinon la solution ultime, c’est boire (de l’eau) avant de dormir (à ne pas confondre avec le gel douche), et dormir. Hier réveillée à 17h, au lit à 23h, aujourd’hui je pète la forme 😀

    (et non je suis sobre!)

  10. electromenagere permalink*
    janvier 2, 2012 2:29

    @Gazelle
    Tu t’es fait poser une sonde urinaire alors ? Ou ‘as pris un supplément vessie ?

  11. Thé Citron permalink
    janvier 2, 2012 2:33

    @electromenagere : non, j’étais même pas ivre samedi soir ! c’est un comble ! par contre, ce week-end, je fête mes 25 piges ! Aïe !

  12. electromenagere permalink*
    janvier 2, 2012 2:41

    @Thé Citron
    25 piges ? Dans ce cas, tu as de la chance, tu n’as plus de séquelles de ton ivresse aujourd’hui, et ce d’autant plus que tu n’as pas bu.

  13. 400 permalink
    janvier 2, 2012 3:09

    Du Get27? Ah ouais quand même.
    Sinon pour connaitre un sur-surlendemain de cuite aussi difficile mais donc avec une punition qui dure 3 jours vs 2, je te recommande par dessus tout ça un bon verre de Malibu. Histoire de parfaire le mélange 🙂

  14. electromenagere permalink*
    janvier 2, 2012 3:10

    @400
    Tu trouveras la sortie dans le Bailey’s

  15. janvier 2, 2012 7:05

    Je crois que ça fais un moment que je te cherche… (je te tutoie si ça ne te dérange pas trop). J’ai créé un blog et depuis je suis tous les jours sur mon PC a regarder ce que les autres blogueuses font parce qu’avant j’en m’en tamponnais le coquillard. Mais voilà, après des jours et des jours de fouilles sur internet, j’ai bien cru que j’allais désespérer: blog de filles = je fais des cupcakes et je vais à des pyjama party, je me prend en photo de haut ça fait plus beau…= Niais !
    Et puis là d’un coup je tombe sur ton blog… Et je me demande s’il est réel : une femme écrit et ce n’est pas niais ! Mes félicitations je commençais sérieusement à m’inquiéter !

  16. janvier 3, 2012 12:49

    J’aime bien la version qui consister à soigner le mal par le mal (ou le surlendemain de cuite par la recuite) mais attention au dosage ! Il faut endormir la douleur tout en légèreté pour qu’elle redescende lentement et sans à-coup, en se faisant oublier… Genre prendre une bière au petit dèj puis laisser monter l’ivresse en pratiquant une activité saine. Je ne sais pas moi… Faire du ménage, ranger, repeindre les murs… Un truc qui fait qu’on se sentira drôlement bien chez soi après…

    Autrement, plus radical pour éviter le surlendemain de cuite : l’acte de bravoure définitif. Se croire géniale au moment de mourir et éliminer toute possibilité d’un surlendemain ! Ouais… J’avoue, c’est un peu excessif peut-être. Mais bon. Faut savoir ce qu’on veut et ce qu’on ne veut pas aussi à la fin hein…

  17. electromenagere permalink*
    janvier 3, 2012 11:56

    @jeveuxcesfringues
    C’est beaucoup trop pour une seule femme ces compliments alors je te renvoie au hasard sur les autres lectrices de ce blog qui commentent ici et qui ont la verve autant si ce n’est plus accroché que moi, tiens toi bien !

    @Camelia
    Tu es quelqu’un plein de bon sens, tu aurais pu être ma soeur tiens !

  18. akenaton13 permalink
    janvier 3, 2012 3:49

    J’adore. Mais a vrai dire (pour être honnête) le surlendemain d’une cuite, je ne me souviens jamais qu’avant hier j’avais bu 😀 On me le rappelle quand on me croise …

  19. electromenagere permalink*
    janvier 4, 2012 9:52

    @Akenaton
    Boire quand on a Alzheimer, c’est peut être ça la solution !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s