Skip to content

Romantique ou cucul la praline ?

décembre 15, 2009

Hier, tout en regardant la télé, je twittais négligemment de façon à mettre au courant en temps réel mes 270 suiveurs (ou followers in the text) de mon envie d’oranges à 21H34 ou de mon questionnement sur le baptême de Clovis (vraie prise de conscience ou stratégie politique ?) à 22H15. De la même façon, je jetais quelques coups d’œils à mes 108 suivants (suivistes ? suivenants ? oh merde ! following donc) et tombais alors nez à nez sur une polémique naissante entre pro et anti Love Actually.

Oui je sais. Heureusement que je fais pas partie de l’équipe de publicité de Twitter.

Pour en revenir au débat exceptionnel d’hier soir, il s’agissait de définir si Love Actually était un film romantique ou cucul la praline (remarquez tout de même l’abjecte image quand on y pense : un cul plein de pralines roses, beurk !). La frontière entre les deux est ténue et le love faux pas fait vite basculer un acte d’amoureux en ridicule prestation d’ado prépubère.

Heureusement je suis là. Et là. Et là aussi. Youhou, par ici !

Après plusieurs heures de réflexion, j’en ai déduit qu’un seul élément permettait de faire la différence entre le romantisme à la Werther et le cucullapralisme à la Rieu : la démesure !

Un exemple tout bête : une rose offerte dans un emballage transparent retenu par un bolduc tournicoté est cucul-la praline alors que 301 roses disposées dans des vases en cristal baccarat sont romantiques. Un « beuh … je t’aimeeeuh ! » est assurément cartlandien alors qu’un « Putain, je t’aime à en crever ! » est digne de Cassavetes. Une e-card scintillante fait gerber alors qu’un roman dédicacé fait plus que gamberger. Etc, etc.

La démesure est le secret ou en anglais, the demesure is the secret.

Voilà  pourquoi je classerais, n’en déplaise à certains, Love Actually dans la catégorie films romantiques. Toutes les scènes finales donnant dans la démesure : le gamin qui franchit les postes de sécurité de l’aéroport pour déclarer sa flamme, le premier ministre qui frappe à toutes les portes d’une rue pour retrouver sa bien-aimé, l’amoureux muet qui avoue son sentiments par pancarte, l’anglais qui apprend le portugais pour demander la main d’une femme avec qui il n’a jamais parlé, etc.

Bon d’accord. Y’avait peut être un peu de pralines autour.

Publicités
20 commentaires leave one →
  1. décembre 15, 2009 7:55

    mais bien sûr que ce film est la quintessence du romantisme! j’t’en foutrai du cucul (panpan) à celles qui pensent le contraire. Perso, il me remet la patate à chaque fois que je le regarde, c’est un antidote à la baisse de moral! Bonne journée

  2. electromenagere permalink*
    décembre 15, 2009 9:32

    @Constouille : « Love is in the air tatati tatata …. »

  3. décembre 15, 2009 10:21

    Je n’aime pas le sectarisme en général, et concernant le cinéma en particulier. Je suis fan de Cassavetes. En même temps, je ne boude pas mon plaisir devant Love Actually.

  4. décembre 15, 2009 10:36

    et le film d’amour dans tout ça?
    amour passion bien entendu.
    (nan je ne parlerai pas de l’Empire des sens)
    le mètre étalon c’est Gone with the wind.
    Point.

  5. décembre 15, 2009 10:40

    c’est pas pour ramener (encore) ma fraise, mais y’avait pas foule dans les « anti ». D’abord, je suis pas « anti », je suis « j’ai vu, ça m’a emmerdée, je recommencerai pas, j’ai déjà perdu 1h30 de ma vie la première fois ».

    Y’a des déclarations d’amour verbalisées dans les Cassavetes? Père ou fils? 😉

    Quand tu décris les scènes de la fin, tu sais à quoi ça me fait penser?

    Brigadoon… (me demande pas pourquoi… c’est un feeling… wo-ho-ho feeeeeling… )


    Aieu! on ne tape PAS!

    (tiens, j’ai la connerie, ce matin…)

  6. décembre 15, 2009 10:45

    Pas mieux que Constouille ! Je rajoute qu’il est mieusque que romantique parce qu’il est avant tout comédie.

  7. décembre 15, 2009 10:52

    J’adore les pralines et ce film à l’humour irrésistiblement romantique…Je trouve qu’il procure le même effet qu’une boîte de Mon Chéri mais en plus light…

  8. décembre 15, 2009 11:21

    J’ aime beaucoup l’ expression cuculapralisme à la Rieu .Tu devrais la breveter !
    Pas vu « Love Actually » …

  9. electromenagere permalink*
    décembre 15, 2009 12:43

    @Madame Kevin : « Quand on a que l’amour … »

    @miss 400 : en fait faut pas confondre romantisme et amour, j’en ai connu des mecs romantiques pas amoureux, les pires !

    @Daydreamer : je te propose le titre officiel de râleuse de ce blog, dis moi oui, OUI, OUIIIIIIII ! 😀

    @Firemaman : et femme qui rit, femme ….

    @Miss chocolat : j’aime pas la cerise, on peut pas échanger avec des ferrero ?

    @Frannso : pas de brevet, je suis un être tout en amour 🙂

  10. décembre 15, 2009 1:27

    ah, ouais, mais y’a des jours où je ne suis qu’amour et douceur… (dès que je me souviens quand c’était la dernière fois, je fais une note dessus, bordel!)

    sinon, oui, et j’aurai le droit de râler sur n’importe quoi?

  11. electromenagere permalink*
    décembre 15, 2009 2:09

    @Daydreamer : carte blanche ! 🙂

  12. décembre 15, 2009 2:11

    Romantique. Parce que Hugh Grant qui danse dans l’escalier, ça n’a pas de prix.

  13. décembre 15, 2009 3:05

    c’est LE film qui fait du bien ! A utiliser jusqu’à en abuser en cas de crise, coup de blues !

  14. electromenagere permalink*
    décembre 15, 2009 3:05

    @Shalima : si ça a un prix, celui de son contrat pour le film. Ouch ! Ca doit être cher rien que pour soi !

  15. electromenagere permalink*
    décembre 15, 2009 3:06

    @Nathalie : « All you need is love tatatatata …. »

  16. décembre 15, 2009 4:39

    Bah moi je l’ai bien aimé Love Actually… de toute façon, j’aime tous les films romantique me cri l’Homme de son canapé… et comme je l’ai dans le placards à DVD, je vais me le reregarder ce soir tiens pour la peine !

  17. décembre 15, 2009 11:17

    romantique ou cucu j’adore ce film, j’adore la musique de ce film, j’adore le p’tit garçon trop choupi et j’adore Hugh Grant quoi voila !

  18. décembre 16, 2009 12:23

    Romantique, pas cucul la praline, je suis d’accord !
    Hugh Grant qui sonne à toutes les portes « Bonjour, oui je suis le premier ministre, j’ai décidé de venir saluer tous les Londoniens… » à la recherche de sa Nathalie… c’est géant !!! On en rêve toutes !
    J’adore !!!

  19. décembre 16, 2009 1:22

    Romantique à souhait, en même temps, Rodrigo Santoro en calbute, c’était hot. Donc un film d’un romantisme bouillonnant.

  20. décembre 18, 2009 11:19

    Romantique, magique, optimiste. Ce film est mon antidépresseur, le DVD en route à la moindre baisse de régime.
    Et j’aime les pralines, aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s