Skip to content

Sari pas à Mumbai

mars 19, 2009

Hier j’ai lu un livre, ça s’appelle « Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devint milliardaire »


Je l’ai dévoré comme un naan au fromage. Pour certains, c’est un gage de qualité, pour moi, ce serait plutôt le contraire. Ca me ballonne le ventre une telle frénésie de lecture et puis deux heures après, j’ai tout oublié et il me faut alors remanger autre chose.

Tout avait pourtant très mal commencé. Dès le prologue on va dire.

Les FAIMDM* a cherché les embrouilles dés le début avec ce prologue qui, selon moi, n’en est pas vraiment un. Depuis quand « prologuer » signifie commencer l’histoire ? Si le début de l’histoire est dans l’avant histoire, où allais-je trouver la fin du roman ? Sur la quatrième de couverture peut-être ?

Avant l’histoire c’est avant l’histoire. Point. Avec de telles libertés on finit dans un pays où les trains arrivent à n’importe quelle heure et où l’on organise des messes le dimanche à 14 heures au lieu de 11.

Le prologue donc, qui veut péter plus haut que son cul et se prend pour un premier chapitre. Et, qui plus est, se permet l’audace de te dévoiler pratiquement toute l’intrigue ainsi que la structure narrative.

Si tu pouvais me rajouter un lassi le prologue ?

Je n’ai rien contre les livres qui s’offrent ainsi dès les premières pages mais il faut assurer après ! C’est comme le type qui va vous raconter une blague en commençant par « Tu vas voir, elle est très drôle ! ». 1 chance sur 1000 de se marrer.

Les FAIMDM* est un conte initiatique un peu bordélique. L’ordre des péripéties du jeune Ram Mohammad Thomas étant dicté par les question du jeu télévisé « Qui veut gagner un milliard de roupies ? ». Pendant des siècles, les héros des contes initiatiques ont cru bon de fouler des terres inconnues, des mers démontées et des montagnes sauvages pour assouvir leur quête. De nos jours, le héros moderne décide de passer à la télé : Candide à Pékin-Express ?

Les FAIMDM* a cédé à l’appel aguicheur de la télé-réalité. Pas seulement pour le jeu malheureusement. Pour certains, les FAIMDM* décrit avec justesse et précision la misère qui règne dans les bidonvilles indiens. Dans ce cas, je crois qu’on a arraché trois cents pages à mon exemplaire. Si Ram Mohammad Thomas avait pris le temps de souffler un peu et de regarder autour de lui, j’aurais peut être été touchée par les longs alignements de cabanes délabrées, les orphelins crasseux survivant dans les déchetteries ou les odeurs infâmes provenant de l’eau croupie et des excréments. Mais le héros ne s’arrête jamais et il me fallait courir à la même vitesse que lui, laissant là toute la misère du monde pour aller gagner un milliard de roupies. La télé-réalité, elle aussi, ne filme jamais les pauses. J’aurais presque pu me croire dans un bus touristique.

Dévorer un naan au fromage en courant, ça s’appelle de la torture.

Rendons grâce néanmoins à l’avant dernier chapitre des FAIMDM*. Celui qui m’a arraché une larme, certainement en suspens dans le coin interne de mon oeil depuis un certain temps. Une chapitre qui, avec 50 pages de plus, aurait pu me faire déverser un torrent de larmes comparable au débit du Gange. C’est ça ou je suis un être insensible.

Quant au style, un mot quand même : « élève avec des capacités mais se contente du minimum ».

Cette critique de livre a été rédigée dans le cadre du Prix Littéraire des blogueurs George Sand

* Fabuleuses Aventures d’un Indien Malchanceux qui Devint Milliardaire : croyez tout de même pas que j’allais réecrire à chaque fois le titre !

About these ads
33 commentaires leave one →
  1. mars 19, 2009 8:31

    Super, je viens de le commencer… et je suis sur la même longueur d’onde que toi pour le moment… sauf que je suis moins rapide, il n’est pas encore fini… Je rajouterai qu’on m’a raconté le film avant que je ne commence le roman (dans le genre très mauvaise idée, j’ai tiré la bonne pioche !). Mais je m’obstine, je vais le lire… même si je le trouve pour l’instant très filmographique, ce livre (pas étonnant donc, qu’il ait été adapté). Merci pour ta critique très juste (j’ai l’impression)…

  2. mars 19, 2009 9:15

    Moi j’ai dit ça  » les FAIMDM* décrit avec justesse et précision la misère qui règne dans les bidonvilles indiens. » … mais c’est en voyant le film. Et là, pour le coup, tu les vois bien les bidonvilles !!!
    Allez, après le livre … offre toi une soirée ciné :D

  3. mars 19, 2009 9:31

    Alors voilà, je m’aperçois que ça va pas être fastoche de lire maintenant ce livre en toute objectivité, après ta critique déconstructive…
    Bon, je vais essayer de tout effacer de ma mémoire, pour rester objective !

  4. mars 19, 2009 9:38

    Ouh, je crois que je lirais tout ça plus tard, mais j’ai hâte, hâte de le lire, moi aussi je fais ce concours. Tous les bouquins de littérature anglo indienne que j’ai lu étaient extra. Vite, vite !!!!

  5. mars 19, 2009 9:57

    Et ben !!! ça commence bien ! Mauvaise critique mais très bien écrite et drôle !! j’attends ta note par mail !!!
    J’ai annoncé ta critique sur le blog !! tu es la première

  6. missbrownie permalink
    mars 19, 2009 9:58

    Ce bouquin me tente bien tiens !

  7. electromenagere permalink*
    mars 19, 2009 11:36

    @Gromit59 : tout à fait d’accord avec toi, j’ai eu l’impression de lire un scénario plus qu’un roman.

    @Mam’Julie : je pense que le film est autrement plus puissant que le livre, Danny Boyle ne fait pas dans la dentelle ! Malheureusement voilà bien deux ans que je ne suis pas allée au ciné, j’attendrais le … DVD :D

    @La ch’tite : tu auras tout oublié, moi-même j’ai déjà tout oublié tu vois :D

    @Ninon : c’est vrai que la littérature anglo-indienne a produit de belles perles. Fais-moi signe quand tu auras écrit ta critique, j’ai hâte de savoir ce que pensent les autres filles. ;)

    @George sand : Quelle honneur d’être la première ! :D Contente que ça te plaise ;)

    @Missbrownie : ah tu vois ! t’aurais du venir avec nous pour être du jury ! ;)

  8. mars 19, 2009 12:15

    Ca faisait un moment que j’avais envie de le lire….tu re-titilles ma curiosié là…

  9. mars 19, 2009 4:18

    Et en anglais, ce serait pas « slumdog millionnaire » ? Genre…

  10. mars 19, 2009 5:22

    Héhéhé… effectivement, un point commun (au moins, si ce n’est bien plus), c’est certain !
    Habitant à un quart d’heure en voiture de Dharavi, je vais peut-être quand même me résoudre à aller voir le film demain. Peut-être…

  11. mars 19, 2009 5:46

    Apparemment dans le film, les quartiers délabrés et miséreux font l’objet d’un peu plus de traitement visuel que dans le livre. Cela n’a pas empêché la production de réexpédier fissa les jeunes acteurs dans leur milieu d’origine après leur avoir promis monts et merveilles.
    Faut quand même pas déconner : c’est de la télé-réalité !

  12. electromenagere permalink*
    mars 19, 2009 9:00

    @Tellou : à toi de la satisfaire !

    @Angie : mais comment t’es trop bilingue toi ! :)

    @Chouyo : je pense sincérement que le fil doit être mieux que le livre, c’est assez rare !

    @mamzellescarlett : c’est vrai que moi aussi ça m’avait titillé cette histoire de gamins rendus à la rue, le revers d’Hollywood !

  13. mars 19, 2009 9:56

    Bonjour,
    Je ne suis pas daccord avec ta critique, moi je l’ai lu il y a deux ans maintenant et franchment jai eu beaucoup de mal à me remettre dans un autre bouquin une fois fini celui-ci.
    Je l’ai trouvé tour à tour, tendre, cruel, abjecte et romantique selon le chapitre où j’étais.
    Le film ??
    J’ai adoré car les personnagesne sont pas utilisés de la même manière et l’histoire est romancée mais bon, j’ai fermé les yeux sur les petits changements et je me suis régalée.
    La bande son est extra et tourne ici depuis la sortie en salle de Février.
    Mais comme on dit, tous les goûts sont dans la nature ?!
    Là je suis sur Millénium volume 1….je ame mais je me régale enmême temps !
    Allez A++

  14. mars 19, 2009 10:22

    Bon alors déjà c’est clair: je suis ta première fan! J’adore ton style d’écriture, j’adorerais avoir un style qui se rapproche, mais je n’ai malheureusement pas assez d’imagination! Bref, continue comme ça, j’adore!! :)
    Ensuite, bravo pour réussir à lire un bouquin en une journée! Faut avoir le temps et la patience… J’ai jamais réussir à le faire!

    Et ensuite, ça me fait vaguement penser au film dont tout le monde parle: Slumdog Millionaire. Ça s’en approche..?

  15. mars 19, 2009 10:51

    ok, je me contenterais de kureishi du coup :D

  16. electromenagere permalink*
    mars 20, 2009 7:45

    @Fun nounou : Mais heureusement que nous n’avons pas tous les mêmes goûts littéraires, nous aurions tous la même bibliothèque et quel ennui alors ! Je suis sans doute amoureuse du lent et de la comtenplation, j’ai trouvé que ce livre ne faisait que survoler les aventures de Ram et je n’ai pas réussi à rentrer dedans même si, comme je l’ai dit, je l’ai dévoré car il me fallait vite savoir quelle question se rattachait à l’aventure. Pour le film, je ne peux pas donner mon avis vu que je ne l’ai aps vu. Un jour peut être ;)

    @Malira : Oh mais toi tu veux me faire rougir ! :D En fait je n’ai pas lu le livre en une journée, c’est une image par ce que je trouve cela mieux que « hier j’ai fini un livre » :P
    Pour le film, c’est bien cela ;)

    @Lutecewoman : tu as toi même trouvé la solution ! :D

  17. mars 20, 2009 9:04

    on m’a conseillé ce bouquin y a un moment déjà… je crois que je vais quand même finir par l’acheter…
    ouais.
    (tain, mais, pfiou, tu nous a sorti le titre qui tue non? :p)

  18. mars 20, 2009 9:58

    Bah ça ne donne pas envie de le lire, juste de manger des naans mais pas au fromage.

  19. mars 20, 2009 3:17

    ba voila, maintenant, j’ai faim de bouffe indienne ! merde quoi ! il est 16 h !

  20. mars 20, 2009 3:35

    Ouais, chuis trop forte.

    Un ola en l’honneur de moi.

    Ben quoi, debout les gens !

    Pffff…

  21. mars 20, 2009 3:47

    Quand je te lis, je me sens confortée dans mon idée : les figures imposées, c’est franchement pas un truc pour moi .
    Bravo pour le titre du billet – j’aime beaucoup comme tu le sais les petites blagounettes de base .
    Attention, je n’ai pas dit que tu étais une fille de base, hein ?

  22. mars 20, 2009 5:48

    Juste pour dire le titre original n’est pas « Slumdog Millionary » mais « Q & A ».
    Le film et le livre n’ont quasiment rien en commun : pas de Latika dans le livre, le perso de Salim est totalement différent, le perso principal change de nom (Ram Mohamed Thomas devient Jamal Malik), et surtout le pourquoi du comment qu’il est arrivé là.
    Mon avis se rapproche plus de Fun nounou quand au ressenti de l’histoire.
    Bref, faut que je fasse mon billet un de ces quatres :)

  23. electromenagere permalink*
    mars 20, 2009 6:02

    @Noisette : j’adore ! je dis que j’ai pas aimé le bouquin et du coup ça donne envie aux gens de l’acheter, je sais pas comment je dois le prendre :D Pour le titre, hé je suis pas peu fière ! :)

    @Firemaman : Ah enfin une qui suit ! :D

    @E-Zabel : tu sais que maintenant que tu le dis, j’en ai envie aussi ! :)

    @Angie : Ellle est vraiment, elle est vraiment phénoménale lalalalala ….

    @Frannso : tu veux dire que tu n’aurais pas pu participer au jury du roman ? (ou j’ai rien compris) des jeux de mots à deux balles comme ça, j’en fais à longueur de journée, je suis un vrai boulet :D

  24. electromenagere permalink*
    mars 20, 2009 6:06

    @Lili : tu as donc lu le livre et vu le film ? tu as préféré lequel des deux ?

  25. mars 21, 2009 8:28

    En fait le livre n’ayant pas grand chose en commun avec le film (Ok, il joue à un jeu mais tout le reste ne s’en approche que de très loin) les deux m’ont plu. Mais je préfère le livre ! Plus de roublardises et de rocambolesque !
    Je comprends le succès du film mais il ne figurera sans doute pas dans mes incontournable comme Devdas (pour rester dans l’indien). Par contre, je ferai bien main basse sur la bande-son :)

  26. mars 21, 2009 10:04

    Vivivi, je l’ai lu aussi !!
    Pas vu le film encore par contre !

  27. electromenagere permalink*
    mars 22, 2009 5:57

    @lili : je ne connais pas Devdas, par contre je vais essayer d’écouter la bande-son de Slumdog puisque vous en parlez ;)

    @Emanu : qu’est-ce que tu attends ? ;)

  28. mars 22, 2009 8:15

    Oui, c’est ça . J’ai beaucoup souffert à l’école des figures imposées -les études d’incipit, les figures de style, la méthodologie . Un livre, une seule manière de penser, l’emploi systématique du nous à l’écrit .
    J’ai redécouvert le plaisir de lire à la Fac – des figures imposées, mais moins – et la réappropriation du JE .
    Je lis aujourd’hui ce dont j’ai envie, UNIQUEMENT . Je veux tout savoir sur tout ! Les plantes, l’Histoire, la peinture, la médecine, les voyages, la cuisine, les religions …
    Mon Syndrôme de Fatigue Chronique m’a enseigné que tout était important .
    Tellement de temps perdu . Plus une minute à perdre !

  29. electromenagere permalink*
    mars 23, 2009 12:52

    @Frannso : moi je trouve ça bien parfois l’imposé (au moins pour moi), le livre que je lis en ce moment pour le jury est typiquement le genre de bouquins que je n’aurais jamais choisi de mon propre chef or c’ets une petite merveille ! Du coup je ne perds pas mon tems, je découvre ! ;)

  30. mars 23, 2009 5:53

    ah ouais mais moi j’adore quand j’ai plusieurs versions par rapport à un bouquin, me faire ma propre opinion :p

  31. electromenagere permalink*
    mars 24, 2009 7:22

    @Noisette : N’empêche que c’est moi qui ai raison ! :D

  32. avril 14, 2009 11:36

    et bien je l’ai terminé ce week end… et suis vraiment trés mitigée sur ce coup là…il n’y a que la fin qui rattrape un peu le coup !!!
    ta critique est intéressante !

Trackbacks

  1. Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devient milliardaire, Vikas Swarup « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s